Tom G. Fischer ne se retourne pas

warrior

Le fondateur de Celtic Frost, désormais investi dans son nouveau projet Triptykon, exclut toute reformation de Celtic Frost, en tout cas tout retour l’impliquant personnellement.
Il affirme l’avoir dit et redit au bassiste Eric Ain. Pour Fischer, le maintien des espoirs des fans de voir revenir un jour Celtic Frost correspond à une fiction pure, dans le sens où lui-même exclut absolument de renouer avec Celtic Frost dans le futur, jugeant les dommages internes bien “trop significatifs cette fois-ci”.
Selon Tom, une réunion de Celtic Frost n’aurait pu prendre son sens que si elle avait investi Reed St. Mark à la batterie. Or le chanteur guitariste se donne une nouvelle chance de travailler avec Reed au sein de Triptykon. Fischer, tout en reconnaissant le ferment artistique né entre lui et Martin [alias Eric Ain], préfère laisser en l’état l’œuvre de Celtic Frost. Il juge avoir laissé via ses derniers enregistrements un héritage conforme aux attentes qu’il en avait personnellement. Le fondateur reproche au “Celtic Frost dernière époque” une grande fragilité, apparue en dehors de la scène, et une incapacité à retrouver son décorum, son humilité, sens sens de l’autocritique, et son essence “visionnaire”.
En somme, Fischer considère que Celtic Frost apparaissait au monde, ces derniers temps, comme un groupe alors qu’il n’en était plus vraiment un. Il souhaite que ce projet entre désormais dans le passé, à l’instar de Hellhammer, plutôt que de voir tentée une (vue d’ici, aventureuse) prolongation de son histoire, et juge “ridicule” toute autre option future.