[Chacun Mes Goûts] #36 Nicolas Zivkovich (Fiend, Krv, DDENT, Les Tigres du Futur…)

 

New Noise présente “Chacun Mes Goûts”, une série de discussions où groupes et artistes mis en avant dans nos colonnes nous parlent de leurs disques de chevet. Aujourd’hui, c’est Nicolas Zivkovich, membre de Krv, Fiend, Les Tigres du Futur et DDENT, qui se prête au jeu…

 Ton premier disque acheté ? 

En fait c’est un triptyque : trois cassettes en même temps. Guns N’ Roses avec Apetite For Desturction, New Jersey de Bon Jovi et Open Up and Say… Ahh! J’était en CE2, en 3rd grade aux États Unis. Mon meilleur ami avait le câble chez sa mère, il captait donc MTV. Il me parlait de tous ces groupes et m’a montré le clip de je sais plus quel morceau de Bon Jovi. Un jour, alors que je faisais un tour dans un magasin de disque avec ma mère, elle m’a laissé choisir ces trois cassettes, puis dans la voiture elle m’a laissé en écouter une, celle de Bon Jovi, qui avait l’air d’être le groupe le moins dangereux du lot. Et l’intro m’a traumatisé. Je n’avais jamais entendu un truc comme ça ! À 10 ans, imagine ça, holy crap… Poison était un cran au-dessus. Puis Guns, j’ai carrément jeté la cassette tellement j’ai eu peur ! (Rires) C’était trois niveaux de hard FM, chaque groupe étant plus dark que le précédent. Des trois, je trouve que Guns est celui qui a le mieux vieilli.

Appetite for Destruction : Guns N Roses, Guns N' Roses: Amazon.fr: Musique

Bon Jovi CASSETTE New Jersey 1988 Lay Your Hands On Me Bad | Etsy

Poison - Poison: Open Up And Say Ahh! Cassette VG++ Canada Capitol C4-48493 - Amazon.com Music

Un disque qui te rappelle ton enfance ? 

Je dirais WASP, The Headless Children. Parce que ça a été l’album qui m’a montré qu’il pouvait y avoir du réel danger dans la musique. Une pochette dingue, l’intro incroyable… Les paroles étaient tellement dingues. Guns, c’était du sucre à côté. Ça me rappelle ma jeunesse, j’ai senti que je pouvais me rebeller à travers le rock. “The end of the musical innocence“, comme on dit.

The Headless Children — W.A.S.P. | Last.fm

Un disque qui t’a fait découvrir le metal extrême ?

L’album de Cathedral, Forest Of Equilibrium. La première fois que j’entendais des voix un peu death metal. Je l’avais acheté pour son artwork, je pensais ce serait du heavy rock un peu hippie, à la Black Sabbath, Black Widow ou Jethro Tull. À l’arrivée : de la grosse guitare, puis  la voix de Lee Dorrian… un traumatisme ! Paradoxalement, les morceaux sont hyper lents. Ce sont quasiment les débuts du doom, ou du moins la deuxième vague…  En remarquant que l’album était sorti chez Earache, je me suis penché sur les autres groupes du label : Morbid Angel, Entombed, et Napalm Death avec Utopia Banished… En bref, cet album m’a ouvert cette voie.

Forest of Equilibrium : Cathedral: Amazon.fr: Musique

Un disque qui t’a donné envie de commencer la musique ?

Sûrement certains des disques sur lesquels j’ai joué le plus d’air guitar ou de tennis racket guitar. (Rires) Je vais en citer deux : …For Victory de Bolt Thrower et Cocked & Loaded de L.A. Guns. Leurs riffs étaient tellement puissants ! Cocked & Loaded, les arrangements et le style étaient si cools…. Et ..For Victory, pareil. C’est le son qui m’a frappé : dans les deux cas, tu sentais que c’était des morceaux composés pour la scène, pas pour rester sur un étagère.

For Victory by Bolt Thrower (Album; Earache; MOSH 1201CD): Reviews, Ratings, Credits, Song list - Rate Your Music

L.A. Guns - Cocked & Loaded - CD Neuf sous Blister - Melodisque

Le(s) meilleur(s) album(s) de tous les temps ?

Clandestine d’Entombed. Parce que je l’écoute encore régulièrement et que je le trouve toujours ahurissant. Ce son, la patte clean, cet espèce de jazz death crust, et l’ajout des machines… C’est le summum du death metal pour moi. Et Black Sabbath avec Sabotage. Le dernier de la période d’or avec Ozzy. C’est l’aboutissement des cinq précédents albums,  à chaque fois ils allaient un peu plus loin. Les arrangements, le jeu de guitare… Même les synthés de Rick Wakeman sont tops… Un des meilleurs de tous les temps pour moi.

Entombed Clandestine (Album)- Spirit of Metal Webzine (fr)

Sabotage: Black Sabbath, Black Sabbath: Amazon.fr: Musique

Ton album black metal préféré ?

Je dirais Dark Medieval Times de Satyricon, un disque tellement sombre et atmosphérique, malgré l’artwork merdique… Les parties acoustiques, le son froid. On appelait d’ailleurs ce genre de production “lo-fi necro” à l’époque. Et Transylvanian Hunger de Darkthrone. Le son était crade, mais avec celui-ci ils ont complètement effacé leurs albums précédents. C’est froid monotone et spirituel à la fois. Enfin, en troisième position : Rotting Christ, Thy Mighty Contract. Leur premier LP sur Osmose. J’aime ce côté film d’horreur greco-italien. Les mélodies sont incroyables. Des trois premiers albums, c’est le plus satanique.

Dark Medieval Times : Satyricon: Amazon.fr: Musique

ROTTING CHRIST | Thy Mighty Contract (1993) – HardRock 80

Ton disque indus préféré ?

Même chose que Louis (Cf. Chacun Mes Goûts #32) : Ministry avec The Mind Is A Terrible Thing To Taste… Je l’ai découvert en écoutant une radio universitaire à New York. Je n’avais jamais entendu ça de ma vie ! J’ai donc tout de suite acheté la cassette. Aujourd’hui encore, on y trouve cette ambiance froide, mécanique, sans compromis, une ambiance presque cauchemardesque, et il tient encore la route…  Best of all times!

The Mind Is A Terrible Thing To Taste: Ministry: Amazon.fr: Musique

Ton disque doom/sludge préféré ?

Neurosis, avec Enemy Of The Sun. Tout l’album est génial mais le premier morceau est juste incroyable. Les ambiances, la voix, la basse, ce coté rituel, shamanique : ils ont réussi à créer une musique spirituelle, proche du bouddhisme. Je citerais aussi In The Name of Suffering d’EyeHateGod. Je l’avais acheté parce qu’il était sorti chez Century Media… Et quand je l’ai écouté, j’ai halluciné, je me suis dis “Holy crap ! C’est du blues crust ralenti… Cette espèce de son typiquement Louisianais, qui décrit bien cette partie-là du monde… Et les textes politiques de Mike Williams.

Neurosis : Enemy of the Sun - Musique en streaming - À écouter sur Deezer

In The Name Of Suffering (re-issue + Bonus) de Eyehategod sur Amazon Music - Amazon.fr 

Ton disque expérimental/psyché préféré ?

Un musicien du début des 70s, Bo Hansson, son album concept Music Inspired by Lord of the Rings. Il a en fait composé une espèce de fausse B.O. pour Le Seigneur des Anneaux. C’est psyché, rythmique… Il me semble qu’il avait joué de l’orgue pour Hendrix… C’était expérimental pour l’époque. Très prog, très bizarre… Dans le genre c’est le premier qui me vient

Bo Hansson – Music Inspired By Lord Of The Rings 

Ton disque non metal préféré ?

Bitches Brew de Miles Davis et Sextant de Herbie Hancock. Le jazz électrique du début des 70s, très politisé. Miles est quasiment devenu un black panther à cette époque. Même si les deux sont différents, ils ont en commun cet aspect jazz électrique modal, un seul accord, de l’ambiance… Tout l’opposé du jazz qu’on apprend. C’est du rock en fait. Du rock et de la funk ralentie sur un mode jazz.

BITCHES BREW - MILES DAVIS - Vinyles à partir de 9.99€ - Promotions Musique - Promotions du moment

Sextant: Herbie Hancock: Amazon.fr: Musique 

Un disque avec ton/ta bassiste préféré·e ?

White Zombie, La Sexorcisto : Devil Music Vol. 1 avec Sean Yseult. Une des bassistes qui m’a le plus influencé. Ayant vu White Zombie live à cette époque, je sentais qu’elle contrôlait tout. Un son hyper lourd, précis. Elle a composé une bonne partie de leurs albums de cette époque. Il me semble qu’elle est un peu oubliée, discrète maintenant, mais je suis ce qu’elle fait sur Insta. En tous cas, elle arrivait très bien à montrer qu’elle s’amusait, tout en restant sérieuse.

White Zombie - La Sexorcisto: Devil Music Vol. 1 (1992, CD) | Discogs 

Un disque avec ton/ta chanteur·euses préféré·e ?

Je vais t’en donner deux : Rob Halford, avec Stained Class de Judas Priest. Techniquement impressionnant et tellement innovant pour l’époque. Il a influencé tellement de chanteurs, mais peu arrivent au niveau du Metal God himself. Et Arioch de Funeral Mist, qui n’est autre que Mortuus dans Marduk, sur l’album Salvation. La plupart des chanteurs de black metal, ou de musiques extrêmes, restent monotones, ce qui devient un peu frustrant, voire même lassant tellement ils manquent de dynamisme. Arioch chante avec plein de voix différentes sur cet album, et sur les autres de Funeral Mist aussi d’ailleurs, ce qui renforcent l’aspect déjà glauque et liturgique. C’est très difficile à faire, ça demande beaucoup d’entraînement, de passion et d’imagination.

Judas Priest - Stained Class - Amazon.com Music 

Funeral Mist | Salvation - CD - Black Metal | Season of Mist

Un disque d’un groupe ou artiste avec qui tu es pote ?

L’album de Maudits, avec Olivier Dubuc. À chaque écoute je le trouve de mieux en mieux. Garder l’attention de l’auditeur avec une musique purement instrumentale n’est pas évident, et ils y parviennent très bien. Je le trouve vraiment classe.

Maudits | Maudits - LP - Stoner / Doom / Sludge | Season of Mist

Un disque issu de ton label préféré ?

Alors, Relapse. Disrupt, avec Unrest… Du crust abject, bien d-beat du milieu des années 90. Avec deux voix. La rencontre entre Carcass et du d-beat. Je l’ai tellement poncé à sa sortie. Relapse était un label très extrême au début. Et là, Disrupt sortait du lot, même sur les compils de l’époque. Celui-là a peut-être un peu vieilli. Sans faire mon vieux papa, c’était un album très politique, en avance sur son temps, plein de haine envers le système, maintenant ce serait jugé extrême, mais pour l’époque c’était over the top.

Disrupt ‎– Unrest LP – Grindpromotion Records

Un disque plaisir coupable inavouable ?

J’ai beau penser que rien n’est inavouable, parfois je me dis tout de même  “What the fuck are you listening to?” Je pense par exemple à Heavens Edge, groupe AOR (NdR : Adult Oriented Rock), avec l’album sans titre, c’est un bon exemple, le groupe typique, apparu en 90-91, qui a essayé d’imiter tous les Journey, Bon Jovi, etc., mais en s’habillant en noir. Ils étaient aussi influencés par Mötley Crüe, mais voulaient avant tout plaire aux filles, avec des balades comme “Please Baby Please”. Lorsque tu passes ça, peu de chances que quelqu’un approuve…

Heaven's Edge à écouter ou acheter sur Amazon Music dès maintenant

Un disque qu’on devrait t’offrir ?

J’aimerais qu’on m’offre les Concertos Brandebourgeois de Bach. J’aime beaucoup, je suis grand fan de baroque. Je n’achète jamais de classique quand je vais chez Gibert, j’adore ça depuis que je suis gamin, mais bizarrement quand je fais le plein, je vais toujours vers du death abjecte…

Bach : Intégrale Des Concertos Brandebourgeois - Collegium Aureum, Gustav Leonhardt | Rakuten

Un disque qu’on devrait éviter de t’offrir ?

Madonna ! N’importe lequel. Honestly… Je ne peux pas t’expliquer ma haine pour elle. Un mauvais souvenir de jeunesse en rapport avec sa musique peut-être ? Bref, je ne peux pas, c’est au-dessus de mes forces… Et vraiment si quelqu’un veut me détruire, qu’il m’offre du Red Hot Chili Peppers. Je ne supporte pas ce groupe. J’adore Flea en tant qu’acteur par contre. En fait, ce qui me gêne, c’est la tessiture de la voix d’Anthony Kiedis. C’est une allergie à ce stade. (Rires) Quand tu rencontres quelqu’un qui n’écoute pas de rock ni de metal et qu’il te file un disque, tu as de grande chances  que ce soit un album des Red Hot. Mais je peux comprendre qu’on aime !

Ray of light by Madonna - Achat CD cd variété internat pas cher Album -

Red Hot Chili Peppers - The Getaway - chronique | COREandCO webzine

Ton disque préféré de 2020 ?

Il y en a pas mal. Le nouveau Zombi, je le trouve mortel parce qu’ils sont revenus à leur son des débuts. Je trouve qu’il passe très bien. Un groupe qui expérimente et fait du bien. Et le dernier Skeletal Remains. C’est leur 4ème, ils ont toujours été dans la copie, et là c’est le summum, tu as vraiment l’impression qu’il date de 1993. Les riffs qui accrochent, la brutalité, l’atmosphère. C’est ça le death metal, des riffs qui accrochent !  Puis la coupe de cheveux pour la nostalgie… Ce disque te donne l’impression de revivre ta jeunesse.

2020 - ZOMBI - Pop - Rock - Genres musicaux - Musique

Skeletal Remains: “Congregation of Flesh” official video | Metal Invader

Le disque que tu écoutes en boucle en ce moment ?

Un artiste ambient italien, Alio Die, They Grow Layers Of Life Within. J’en écoute beaucoup. C’est très éthéré et organique, relaxant, méditatif, transcendant. Tous ses albums sont assez incroyables. En boucle depuis deux ans, je m’en lasse pas.

Alio Die - They Grow Layers Of Life Within | Armadillo Music 

Ton dernier disque acheté ou acquis ?

Je viens de commander Machine Violence de Realize. J’étais dubitatif sur le retour de l’indus 90s, et j’ai vu qu’ils venaient de l’Arizona, ce qui m’a intrigué, j’ai de la famille là-bas. Puis j’ai lu la chronique dans le dernier new Noise (NdR : chronique commune des nouveaux albums de Black Magnet et Realize). Je n’ai pas aimé le Black Magnet… Realize, à la première écoute j’étais en mode “Not gonna buy it…”  Mais je l’ai de plus en plus écouté et il m’a vraiment plu. Ce coté Godflesh, Pitchshifter… Le passage avec la boîte à rythme qui tourne, sans effet, très minimaliste, avant de repartir,  m’a  vraiment marqué.

Machine Violence: Realize, Realize: Amazon.fr: Musique

Et enfin : team vinyles, team CD’s, team cassettes, team streaming ?

J’écoute sur tous supports, donc dans l’ordre… En premier, le CD car ça prend moins de place, c’est moins cher, et le son est bon. En deuxième, le vinyle parce que c’est un format au top à tous les niveaux. En troisième la cassette, j’en écoutais beaucoup à un moment, moins maintenant, j’en achète parce que l’objet est marrant, pas pour la qualité sonore, evidemment. Et en quatrième le streaming, via Bandcamp pour acheter et soutenir sans vouloir payer 50€ de frais de port, et surtout découvrir.

Le premier album sans titre de Krv, nouveau projet de Nicolas avec Louis Lambert (DDENT, NNRA…) est sorti en avril dernier sur Chien Noise. Vous pouvez l’écouter ICI. Interview conjointe avec DDENT à retrouver dans new Noise #54, actuellement en kiosque.

Propos recueillis par Clément Duboscq